colore la MRC
des Pays-d'en-Haut

Détails de l'événement

Chargement des événements
gare-de-banlieue

Reflets de la ville

L’exposition « Reflets de la ville » réunit les artistes-peintres, Diane Houde et Phillippe Faucher, et s’adresse à tous ceux qui aiment la peinture contemporaine, où, l’abstraction, et les textures à l’huile permettent de créer des atmosphères urbaines uniques.

La maîtrise des techniques sert le propos des artistes. La spatule vigoureuse de Houde autorise les à-plats sans concession de couleurs juxtaposées. La palette est vive et la texture témoigne de la vigueur du geste qui n’admet pas l’erreur.

Le pinceau de Faucher cerne les formes colorées de traits sombres qui, en simplifiant l’image, évoquent le dessin des estampes japonaises ou la ‘ligne claire’ des maîtres de la bande dessinée. Capturer la complexité des ombres et des transparences, qui varient selon les textures représentées, impose l’usage de glacis à l’ancienne. On admirera ici la recherche de transparences par le travail méticuleux d’ajouts de nuances et de teintes successives et superposées en autant de passages délicats.

Les oeuvres de Diane Houde et de Phillippe Faucher sont des témoignages personnels et authentiques remplis de taches colorées, comme des changements de rythme, qui guident le regard dans tous les espaces de leurs toiles.

août 16 2019

Informations

Début: 16 août
Fin: 18 août
Prix: Gratuit
Catégories d'événements:






Balises:, ,
Site Web: Visitez le site web

Horaire

  • 16 août de 12h à 18h
  • 17 et 18 août de 11h à 17h
  •  

Lieu

Gare de Piedmont

146 chemin de la Gare, Piedmont, Québec J0R 1K0 Canada

+ Google Map

Les « Regards sculptés » de Diane Houde représentent, à la spatule, l’énergie des espaces urbains. On y perçoit des terrasses suspendues, des éclats de couleurs, des structures qui s’entrechoquent. L’harmonie et la dissonance se côtoient. On devine les silhouettes des édifices, les perspectives des avenues, la cacophonie des enseignes, la tension de la circulation accompagnée du ‘beat’ tapageur de l’activité urbaine. Il n’y a pas de temps mort, la couleur en témoigne. Le ‘punch’ des petits formats cadence le rythme de l’exposition.

La ville est aussi en représentation chez Philippe Faucher. La vitrine est l’espace où l’intérieur entre en contact avec l’extérieur. Deux mondes construits dialoguent. La fantaisie des étalages fait contraste avec la rigueur géométrique des bâtiments. La concurrence est vive : la lumière électrique fait briller les intérieurs alors que la frontière vitrée sert de miroir au monde de la rue. La gare est un autre espace intermédiaire entre la ville et le monde. Cette fois le spectateur est dans l’ombre, la lumière, au bout du rail, est alors promesse d’aventures.

Organisateur

Diane Houde
Téléphone: 450 224 1086 ou 514 258 5121
Courriel: